mar 292012

L’an dernier, j’étais en mission à Tokyo. La culture japonaise est très différente de la culture occidentale, en particulier, il est de coutume dans ce pays de passer de longues heures entre collègues de bureau après le trava
La plupart du temps la soirée entre collègues s’eternise jusqu’à 23 heures dans un restaurant. Alors que les femmes mariées ne travaillent pas et restent à la maison à s’occuper des enfants.
En revanche, depuis quelques années les femmes celibataires travaillent et font donc parties de ces soirées qui se passent en général en “tout bien tout honneur”, chacun regagnant son logis après cette soirée restau.
Je me pliai donc à ces coutumes, et tous passais toutes mes soirées au restaurant avec mes collègues de travail, trois hommes dont mon contact habituel dans cette société de logiciels de jeux videos. Habituellement touts les soirs ses assistantes Kenori et Kumiko l’accompagnaient toujours; mais nos contacts ont toujours été réduits car aucune d’entre elles ne parle français ou anglais, alors que je ne connais que 2 ou 3 mots de japonais.
Je jugeais d’ailleurs celà dommage car bien que peu sensible aux charmes asiatiques en général, j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à regarder, pour ne pas dire contempler ces deux très jolies femmes. Kumiko, plutot grande (1m85), fine, long cheveux bruns, alors que Kenori est plus petite (environ 1m65), mais avec des formes plus généreuses et des cheveux courts.

Tous les soirs, après le repas, l’un des hommes m’accompagnait à mon hôtel, nous nous saluions devant celui-ci avec les courbettes habituelles, et la soirée prenait fin.
Vendredi dernier était le dernier soir de ma mission, je devais donc reprendre l’avion pour l’Europe samedi matin à 11h30.

Contrairement aux autres soirs, vendredi soir, c’est Kenori et Kumiko qui m’accompagnèrent.
Arrivé devant l’hôtel, je les salue en m’inclinant bien bas. Mais à ma grande surprise aucune ne fait mine de partir. Une gène s’installe, ai-je oublié quelque chose pour cette dernière soirée ?
Impossible de demander, elle ne comprennent pas…
Je recommence mes salutations, elles s’inclinent également avec un grand sourire… Je ne sais toujours pas ce que je dois faire…
Alors Kenori, d’un geste de la main me fait comprendre que je dois rentrer dans l’hôtel.
Sans demander mon reste, j’avance, et me dirige d’un bon pas vers l’ascenseur qui doit me mener à ma chambre au 38ème étage…
Tout absorbé dans mes pensées quand à l’organisation de mon départ, je n’entends pas ce qui se passe autour de moi, mais pendant que j’attends l’ascenseur, Kenori et Kumiko me rejoignent.
Je suis scotché de surprise, voyant cela, les deux femmes éclatent de rire en se regardant d’un oeil coquin.
L’ascenseur arrive, je ne sais quoi faire…Voyant mon hésitation et ma surprise, Kenori me montre encore que je dois entrer dans l’ascenseur. Ce que je fais, mais là encore surprise, les deux femmes m’emboitent le pas, et Kumiko appuie sur le bouton du 38ème avant que je n’ai le temps de faire quoi que ce soit.

Les choses deviennent plus claires…
Je suis à la fois surpris, inquiet et excité de savoir ce qui m’attend réellement ce soir.
Dès l’arrivée au 38ème, je me dirige vers ma chambre, toujours escorté par mes deux japonaises qui suivent à 2 mètres derrière moi, comme le font toutes les femmes dans ce pays.
J’introduis la carte magnétique dans la serrure, j’ouvre ma porte et commence à me retourner pour saluer au cas où … Je ne voudrais pas faire d’impair en cas de mauvaise interprétation, mais Kenori, un grand sourire aux lèvres me fait comprendre que je dois entrer dans ma chambre. Dès que je franchis le seuil, les deux jolies japonaises me suivent, et Kumiko, ferme la porte qu’elle verrouille avec le système de sécurité.

A peine ai-je déposé ma sacoche sur le bureau que les deux femmes s’approchent de moi, et commencent à me déshabiller. Kumiko, déboutonne ma chemise avec ses doigts agiles tandis que Kenori, à genou devant moi, s’attaque à ma ceinture et à ma braguette.

Cette situation n’est pas pour me déplaire, je me laisse faire, et mon sexe commence à durcir, ce que ne manquent pas de remarquer les deux femmes. A la vue mon sexe, que je crois être tout à fait dans la moyenne (française en tous cas) , Kenori s’esclaffe, appelle son amie pour lui faire voir, et toutes les deux engagent une conversation animée qui a l’air de beaucoup les amuser…
Je suis très rapidement totalement nu, et Kenori me prenant par la main m’entraine vers la salle de bain, elle m’indique que je dois passer sous la douche… Je m’exécute, mais avant que je ne tire le rideau, je suis rejoins par Kumiko, qui en un clin d’œil, pendant que Kenori m’amenait à la douche a fait tomber son tailleur noir très strict, a retiré ses sous-vêtements (je n’imagine même pas qu’une japonaise puisse ne pas en avoir…), elle est avec moi nue, splendide, et rentre avec moi sous la douche.

Avant que je n’ai le temps de faire quoi que ce soit, elle règle la température de l’eau, commence à me mouiller, puis à me savonner. Nous sommes rapidement rejoins par Kenori, et les deux femmes me savonnent, leurs 4 mains, ou plutôt leurs 20 doigts s’aventurent sur tout mon corps, le savonnent avec douceur et délectation, c’est un vrai bonheur… Elles n’oublient aucun recoin, mon intimité la plus secrète est ainsi flattée avec délicatesse et sensualité, je me laisse faire sans oser bouger tellement c’est bon, et pourtant j’ai deux paires de seins divines qui me tendent la pointe des tetons, deux petites chattes bien épilées qui ne demandent que des caresses, mais ce qu’elles me font est si doux si agréable, que pas un instant je ne pense rompre ce charme.

En même temps qu’elles me nettoient, elles se savonnent et se caressent également mutuellement, c’est super excitant, mon sexe que je croyait au taquet se durcit encore plus..
Après de très longues minutes, mais qui me parurent malgré tout trop courtes, elles arrêtèrent le flux de la douche, et Kenori sortie de la douche a commencé à me sècher, toujours avec douceur et délicatesse, puis elle m’enfila le Kimono accroché à la patère, et me fis signe d’aller l’attendre sur le lit.
Après quelques instants, toutes les deux en kimono également me rejoignent, Kumiko s’agenouille au bord du lit, pendant que Kenori va mettre la théière en marche.
Kumiko, retire son kimono, puis s’approchant de moi, elle défait la ceinture de mon kimono, l’ouvre, et je comprends rapidement que je dois le retirer également.

Je me lève pour le retirer, elle est toujours à genou devant moi, mon sexe à nouveau bandé, en honneur à sa beauté est à quelques centimètres de son visage, je m’attends à ce qu’elle le prenne en bouche d’un instant à l’autre, mais la coquine me fait languir… Ou bien le sexe japonais se pratique un peu différemment ?
Après quelques secondes, elle se relève, et d’un geste amusé de ses deux mains sur mes épaules, me pousse vers le lit. J’y retombe allongé sur le dos… A peine installé, mes deux superbes nymphes s’approchent de moi, l’une vers mon torse, l’autre vers mes jambes, et elles entreprennent une séance de massage comme je n’en ai jamais vécu de ma vie avec aucune femme…
Kumiko commence à me masser les pieds, puis les jambes, pendant que Kenori s’attaque à mes épaules, mon torse, etc…
Ces massages, ou plutôt ces caresses sont absolument divins, elles commencent avec les bouts des doigts, puis les mains, et enfin terminent à chaque fois avec leur petite langue douce et agile.

Aucun coin de mon corps n’est oublié, je découvre sous leurs caresses des nouvelles zones érogènes qu’aucune femme avant elle ne m’avait révélées, je m’abandonne totalement à leurs caresses en espérant que ce moment ne prenne jamais fin, j’ai l’impression d’être enfin au paradis, ces 20 doigts qui se promènent avec douceur et agilité sur mon corps me mettent dans une transe que je n’ai jamais connue, je n’ai pas de désir sexuel, et pourtant j’ai l’impression que mon corps entier est une grosse queue bandée frémissante et attendant le moindre effleurement…

Au bip de la théière, ce moment de Nirvana s’interrompt quelques instants, Kumiko, à genou au pied du lit sert le thé, me tend une tasse, nous buvons tous les trois un délicieux thé vert , je me sens plus en forme que jamais, prêt à déplacer des montagnes.
Cet intermède terminé, nous reprenons nos activités où nous les avions laissées, mais cette fois les caresses de mes partenaires sont plus sexuelles et plus explicites…
Kenori prends mon sexe durci dans sa bouche, pendant que Kumiko vient m’offrir un baiser délicat et délicieux, le mouvement de Kenori est exquis, jamais aucune femme ne m’avait fait une fellation aussi douce, aussi délicate, aussi divine, aussi délicieuse…
Kumiko entrepris aussi de me lécher le torse en excitant mes tetons
Combien de temps cela dura-t-il ? 1minute ou 1 heure ? Je n’en sais rien, ce genre de moment dure une éternité, mais il est toujours trop court…

Il se termina d’une bien curieuse manière pour l’occidental que je suis.

Elles s’arrêtèrent brutalement de me caresser, puis toutes les deux se mirent cote à cote, à quatre pattes au bord du lit…Offertes en levrettes…

Grace à leurs mouvements de tête et à la charmante ondulation de leurs croupes, je compris rapidement de quelle offrande il s’agissait, je me lève, passe derrière elles, 2 vulves, 2 anus, 4 superbes orifices offerts et bien ouverts pour moi tout seul…
Je ne savait par lequel commencer, les 4 étaient aussi tentants… Les chattes étaient bien mouillées, l’une d’elle dégoulinant déjà d’un jus intime que je m’empressais d’aller savourer.
Je caressais chacune d’elle d’une main, prenant bien soin d’aller titiller le petit bouton fleuri de chacune de mes partenaires. Leurs gloussements et leurs gémissements m’indiquaient qu’elles appréciaient les caresses prodiguées, mais elles me firent rapidement comprendre que ce n’était pas ce qu’elles souhaitaient…

Kumiko pris mon sexe, et d’un geste sans équivoque, l’approcha de son entre jambe… Je m’exécutais donc, la pénétrait sans ménagement et commençais des mouvements de va et vient de plus en plus fort. Assez rapidement, elle portât la main vers mon sexe, me demanda de le ressortir, je ne comprenais pas, mais elle m’indiqua son anus ! Mon sexe étant bien lubrifié de sa mouille, je la sodomisais donc avec force. La japonaise est une femme qui a l’habitude d’être soumise, elle aime être prise avec vigueur, ce que je fis sans me faire prier. Mes mouvements dans son petit chemin étaient de plus en plus forts, je la tenais par les hanches pour mieux la prendre en profondeur. A chaque pénétration je l’entendais gémir un peu plus fort, j’allais de plus en plus fort dans ce petit cul offert, mon plaisir était immense, je sentais l’anneau musculaire de son anus s’ouvrir et se fermer au rythme de mon va et vient…De sa main elle caressait son clito, pendant qu’à coté de nous Kenori ne perdait pas une miette de ce spectacle elle se caressait le clito vigoureusement.
Alors que mes mouvement devenaient de plus en plus fort, que chaque mouvement de mon pubis contre les fesses de Kumiko faisait un claquement de plus en plus fort, je la défonçais, et elle aimait ça…

N’en pouvant plus, mon plaisir à son paroxysme, j’éclatait et inondait son cul de ma semence..Elle se mit aussi à hurler son plaisir, et je sentis son corps se raidir, puis le fruit liquide de son orgasme couler le long de mes cuisses…

Il ne fallu que quelques secondes avant que Kenori ne s’approche de nous, me fasse signe de sortir du petit cul divin de sa collègue de travail. Je m’exécutais, elle s’empressa d’enfourner mon sexe dans sa bouche, pour récupérer ce qui pouvait encore l’être et nettoyer mon sexe avidement.
Après quelques minutes de repos, Kenori qui n’avait pas encore reçu mon sexe me fit comprendre que je devais aussi l’honorer… même si dans l’esprit d’une japonaise, cela veut surtout dire « tu peux aussi te servir de mon corps pour libérer tes pulsions et ton désir sexuel » . Kumiko, serviable, se mit à me faire aussi une fellation, et je compris à ce moment qu’il n’y a pas que Kenori qui est une experte… Kumiko n’avait rien à lui envier dans la technique…
Je fus rapidement à nouveau en forme, et cette fois c’est le petit cul de Kenori qui m’accueilli et que je défonçais vigoureusement. Tout comme Kumiko, Kenori était une experte de la sodomie et savait bien comment augmenter le plaisir de l’homme qui lui défonçait le cul, en jouant avec les muscle de ses sphincter anals…Elle ne gémissait pas comme Kumiko, mais haletait comme une petite chienne en chaleur qu’elle était. Pendant que je la sodomisais, mes doigts exploraient sa chatte, et je les ressortais pour déguster son jus de plus en plus abondant et de plus en plus savoureux.

Finalement, comme tout homme quel qu’il soit a une résistance limitée, au bout d’un bon quart d’heure dans ce petit cul, je finis par l’inonder aussi de ma semence brulante… Comme Kumiko, Kenori, m’arrosa abondement les couilles et les cuisses avec son jus intime ; je n’eus pas le loisir de m’en délecter, car avant que je ne pusse faire quoi que ce soit, Kumiko se jeta sur moi pour lécher aussi bien le sperme resté sur mon sexe, que le jus de Kenori rependu sur mes cuisses et mes couilles.

Cette nuit fut bien longue, mes partenaires étaient très fortes pour me redonner vigeur, ce qui me permit de me vider dans chacun de leur orifice, avant que nous les trois finissions par nous endormir, épuisés mais comblés.
Le lendemain matin, après une douche, classique cette fois-ci, nous descendîmes au petit déjeuner, puis elles m’accompagnèrent au taxi, nous nous quittâmes sans effusion, avec les courbettes habituelles et je sentais dans leur regard le regret de me voir partir.

Connaissant la culture japonaise, je passai le vol retour à me demander si les deux jeunes femmes étaient venues passer leur nuit avec moi par simple désir et envie, ou si elles avaient obéi à une demande de leur supérieur qui souhaitait me remercier de ma fructueuse coopération lors de cette semaine de négociation….

Je ne le saurai probablement jamais, mais cela est-il si important ?

Vivement ma prochaine mission au Japon.

mar 282012

Michel et moi continuons à nous échanger quelques mails pour mettre au point la rencontre. Puis, un beau jour, il me téléphone et me demande de me déplacer à nouveau à Émerainville, histoire de repérer les lieux et le trajet que sa femme et lui feront le soir S. On se retrouve sur le parking, on fait le trajet, lui en moto, moi en voiture… Michel m’explique benoîtement qu’en réalité sa femme n’est pas très chaude pour un trio. Je m’interroge alors sur ce qu’il advient de l’histoire. Pas de souci, m’explique-t-il, je me cacherais derrière le mur du cimetière pendant qu’il chauffera sa femme, puis il l’installera sur le capot pieds et poings liés, lui bandera les yeux et commencera à la baiser. À ce moment-là, je sortirais de ma cachette et je la baiserais à mon tour. L’affaire me paraît tordue, mais je me sens prêt à tenter l’aventure quitte à faire marche arrière. Michel et moi convenons que de toute façon si cela fonctionne, c’est bien, mais que si cela ne fonctionne pas, ce n’est pas très grave. C’est ma philosophie… je le répète plusieurs fois à Michel. Il me demande alors de baisser mon pantalon. Je n’ose pas poser de question, d’une part je ne suis pas pudique, le naturisme est une seconde nature pour moi, d’autre part, je me dis que peut-être me voir nu va le faire fantasmer et me permettre à moi de réaliser le mien. Michel me regarde et me dis qu’il n’est pas homo, mais qu’il voudrait voir mon sexe en érection. Alors, sur le parking d’un resto de la zone de la peupleraie, je commence à me toucher sous les yeux d’un homme qui veut me voir baiser sa femme. Tout cela est assez excitant, je bande vite. Michel m’observe attentivement, approche sa main et mesure longueur et circonférence. Il paraît satisfait. Il baisse à son tour son pantalon, se branle un peu et, au bout de quelques va et vient, souligne : “Tu vois, on a à peu près la même taille, elle ne se rendra compte de rien !” Michel tient à ce qu’elle ne s’aperçoive pas que je la baise. “Je tiens à mon couple” dit-il. Je m’engage à ne rien faire qui puisse le mettre en danger. Et c’est vrai que c’est important pour moi, son couple. Nous nous séparons. Je commence à attendre son coup de fil avec une impatience !

mar 242012

Suite à ma réponse, Michel et moi échangeons quelques mails et ils me demandent de me déplacer à Émerainville en Seine-et-Marne (77) pour que l’on puisse se rencontrer… J’accepte évidemment et je parviens malgré des bouchons monstres à destination. En buvant un verre, Michel m’explique le but de ma visite. Il cherche un mec pour baiser sa femme. C’est son grand fantasme. Visiblement je serais susceptible de faire l’affaire… Il m’explique qu’il va régulièrement dans un petit parking à côté d’un cimetière que longe la Francilienne. A cause de mon retard nous nous séparons sur ce parking. Je l’examine de fond en comble pour repérer les endroits où je pourrais me cacher…

mar 232012

Il y a quelques années, j’ai laissé un commentaire sur une photo postée sur un site vraiment génial mais qui n’existe plus… Il s’appelait supervoyeur et il était vraiment exceptionnel. Quelques jours plus tard, je recevais un mail de Michel avec quelques photos et une question : qu’est-ce que tu en penses ? Voilà les photos… et vous qu’en pensez-vous ?

mar 152012

Je prenais le train pour un bon moment, de Rome à Paris, après avoir passé quelques jours de congé. J’embarque dans mon train de nuit, dans une cabine. Une jeune femme se tenait là, elle lisait un magasine féminin. Pas très grande, de beaux cheveux blonds, lisses, et des lunettes noires qui masquaient ses yeux. Elle portait une jupe courte, des bas et un ravissant chemisier qui comprimait ses seins.
Je la salue brièvement et m’assieds en face d’elle, le train démarre alors.

Mon regard ne peut se détourner de ses jambes. Elle doit d’ailleurs s’en apercevoir car, après la visite du contrôleur pour nos billets, elle ne cesse de les croiser, les décroiser, m’offrant ainsi une vue sur le haut de ses cuisses. Elle a l’air absorbée par un article sur de la lingerie féminine et semble particulièrement apprécier ce qu’elle voit.

Elle me regarde d’un coup et me demande :
Excusez-moi monsieur, quel ensemble pensez-vous qu’un homme préfère ?

Je jette un œil et découvre de magnifiques ensembles en dentelles, soie. Mon choix se porte sur une guêpière rouge très sensuelle et je le lui dis.

Elle me dit alors, c’est amusant, il ressemble beaucoup à celui que je porte en ce moment… Cette dernière phrase me mis dans un soudain état de transe, mon esprit fut soudainement envahit par toutes sortes d’images plus excitantes les unes que les autres, imaginant ses courbes délicieuses et imaginaires à travers cette guêpière. Le trouble était tel que je craignais qu’elle ne s’en aperçoive… je sortis de ma torpeur quand le train freina brusquement. Il arrivait en gare et s’immobilisa quelques instants le temps d’embarquer et de débarquer une dizaine de voyageurs, pour la plupart des touristes.

La lune surplombe le ciel et laisse échapper un halo de lumière, faisant découvrir sensuellement les arêtes des infrastructures de la gare. Je ne quitte cependant par le regard de mon interlocutrice, qui je dois bien l’admettre, à une façon bien à elle de m’envoûter… son regard émeraude, ses jambes interminables et l’agréable sensation de l’imaginer maintenant avec ce sous-vêtement me rend d’autant plus fébrile… Elle me sourit et je sens mon cœur qui se décroche, la fossette qui se creuse au coin de ses lèvres lui donne un air de petite fille et adoucit l’image de femme fatale qu’elle dégage.

Le train reprend sa route, et avec un soupçon de brutalité fait crisser ses roues sur les rails. Le magazine de la belle tombe à terre. Nous nous penchons en même temps afin de le ramasser. Je me retrouve soudain nez à nez avec elle, nos visages n’étant plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre et ,son décolleté m’offrant une vue plongeante sur sa poitrine, me laisse entrevoir le tissu de la fameuse guêpière. Elle s’aperçoit de mon regard, comme hypnotisé… et se met à sourire : “Vous aimez la lingerie” me demande-t-elle ? je rougis légèrement en me rasseyant, gêné comme un collégien. Je murmure des excuses confuses… Cela l’amuse. Elle rit, d’un rire envoûtant, charmeur, à m’en faire oublier où nous sommes, ce que nous faisons… Je n’entends plus qu’elle et suis plongé dans un fantasme où elle et moi faisons l’amour..

“Tout va bien ?” Sa voix me sort de ce rêve éveillé. “Oui, oui”, ne vous en faites pas”… Elle s’assoit alors à côté de moi et me glisse à l’oreille : “On dirait que ma lingerie ne vous laisse pas indifférent… Voudriez-vous que l’on parle lingerie un instant ?”

Sans même avoir eu le temps de répondre, ma chère inconnue se lève, baisse le store de la porte de notre compartiment et nous isole du reste du train. Je suis toujours assis sur ma banquette. Elle se met debout devant moi, et me tournant le dos cherche à attraper sa valise… Mes yeux sont rivés à sa jupe qui se soulève doucement. Je distingue alors ces bas magnifiques accrochés par tout aussi beau porte-jarretelles. “Vous voulez bien m’aider ?” me dit-elle doucement ? Le son de sa voix a légèrement changé, plus doux, plus coquin… Je me lève à mon tour pour attraper sa valise. Elle s’éclipse doucement en frottant ses fesses contre mon pantalon. Ce léger contact, que je croyais innocent, m’a mis dans un état d’excitation incroyable… Je lui dépose sa valise sur son côté du compartiment. Elle l’ouvre et me demande de choisir ce que je préfère parmi une collection impressionnante de lingeries fines… Mon émoi semble peu à peu disparaître et je prends de l’assurance. Je désigne sans hésiter une shorty en satin rose avec une fine dentelle noire, avec le soutien-gorge assorti.

Elle me fait m’asseoir et me glisse à l’oreille : “Très bon choix bel inconnu… mais avant de l’enfiler, il va falloir que je me déshabille…”. Elle se redresse alors et après une brève caresse entre mes jambes, elle commence à déboutonner son chemisier… Ses doigts défont chaque bouton avec une agilité déconcertante et une lenteur exquise… Elle profite pour caresser du bout des doigts chaque parcelle de peau que lui offre l’ouverture de son chemisier…
Tout en me tenant du regard, je sens une vague de chaleur me parcourir les joues et provoquer en moi une excitation indescriptible… elle m’envoûte, me désarme, m’hypnotise… Tandis que je commence à me mettre à l’aise, elle termine de déboutonner sa chemise et, s’approchant de moi, laisse glisser son chemisier le long de ses bras avant de lui faire terminer sa course sur le sol… la voilà qui s’approche de plus en plus et vient se mettre debout, face à moi, ses jambes de part et d’autre de mon genou et, approchant son visage de moi, se dirige vers mon oreille… Son parfum enivrant chatouille délicatement mes narines et son souffle chaud au creux de mon oreille provoque en moi une réaction plus qu’inattendue et commence à se faire remarquer au travers de mon pantalon. Elle a sûrement dû le remarquer car elle sourit fièrement et, se relevant frôle mes lèvres du bout de ses doigts… Mon coeur s’emballe, bat la chamade, je sens le sol se dérober sous mes pas, mais que provoque cette charmante jeune femme en moi?

Bien décidée à me rendre euphorique, elle s’éloigne à reculons et porte ses mains aux pans de sa jupe qu’elle relève doucement tout en me jetant un regard plus que provocateur… J’aperçois ses bas collants et un morceau de ses porte-jarretelles sublimes… Elle décide ensuite de remonter ses mains, et en se caressant légèrement les cuisses sur le tissu de sa jupe, remonte à l’ouverture de celle-ci qu’elle déboutonne avant d’y glisser sa main indécemment… Je deviens fou, je crois que le fait de ne pas voir cette main et de m’imaginer ce qu’elle est en train de faire est encore plus insupportable… Elle remonte doucement sa main en se mordant la lèvre. Cette perspective de la voir se faire plaisir me rend soudainement jaloux et je tente une approche vers elle…

Une fois arrivée à sa hauteur, elle se colle contre moi, ramenant mon bassin contre elle avant de frôler ses lèvres contre les miennes… Je tente de passer ma main dans son dos, mais à peine ai-je le temps de toucher sa peau qu’elle me repousse en faisant un signe avec son index pour me dire non et en dégageant un rire taquin… J’aime cette façon qu’elle a de me dominer et je m’exécute tel un gamin à qui l’on interdit de toucher à un objet précieux… Elle se retourne et laisse glisser lentement sa jupe sur ses hanches, puis le long de ses cuisses… Je suis au bord de l’évanouissement lorsque j’aperçois ce magnifique sous-vêtement assorti à sa guêpière… Elle est plus sexy que jamais… Elle ramasse doucement sa jupe et la pose dans sa valise. Elle sort la lingerie que je lui avais désignée et place le bustier devant elle, devant sa guêpière… “Alors, vous aimeriez que je porte ceci pour vous ?” Sa voix, à nouveau, m’enivre. Sa tonalité mutine renforce encore mon excitation et mon érection devient plus que visible malgré mon pantalon.

“Aidez-moi à enlever cette guêpière alors…” Je m’approche d’elle, tente de la caresser mais elle se dérobe…”Non, seulement la guêpière… pour l’instant”… Je m’efforce alors de me contenir. Je baisse doucement ces bretelles et délasse le dos de cette brune incendiaire… “Mais enfin, commencez par les jarretelles !!” Elle rit, encore et encore, en s’asseyant sur la banquette.

Je me mets à genou devant elle et dégrafe son bas gauche. Je le déroule doucement jusqu’à ses pieds que j’embrasse. Elle ne dit rien cette fois, et laisse ma langue jouer avec ses orteils. Elle a passé sa main entre ses jambes et caresse doucement son string. Je m’approche entre ses jambes et souffle rapidement vers son sexe que je devine humide. Je lui embrasse la main et avant qu’elle ne proteste à nouveau parce que je ne respecte pas les règles, je vais décrocher le bas droit. Je le déroule à nouveau et lèche doucement son pied. Je la sens frémir sous chacune de mes caresses linguales.

Elle se retourne alors, se met à genou sur la banquette, face à la paroi, m’offrant ainsi son dos, sa croupe et ses fesses sublimes. Je termine alors de délasser cette guêpière enivrante et la fait tomber doucement. Je découvre alors des seins magnifiques, d’une rondeur sublime, terminés par des tétons délicats mais fièrement dressés. Je ne peux m’empêcher de les caresser doucement d’abord, et la voyant me laisser faire, je prends ces seins à pleines mains, faisant rouler ses tétons délicatement sous mes doigts experts. Elle se redresse alors doucement, se cambre, pose sa nuque sur mon épaule et m’offre son cou, que j’embrasse délicatement. Sa main gauche passe dans mes cheveux, l’autre glisse le long de ses fesses et vient se frotter contre mon sexe. Elle se cambre encore et plaque mon bassin contre elle.

Elle se relève, se retourne et m’assois sur l’autre banquette. Elle est debout devant moi et j’admire ses formes parfaites. Elle pose un pied à côté de moi, et les jambes écartées, se caresse les seins le ventre, le sexe… Elle porte toujours son string que je devine trempé.

“Je crois que nous allons laisser cette autre lingerie là pour l’instant”.. me murmure-t-elle à l’oreille. Je me mets à genoux devant elle et lui enlève alors son string…. Après un bref instant à découvrir son sexe humide, je m’approche doucement pour jouer de ma langue avec son clitoris…

“Pas maintenant monsieur, me dit-elle, encore faudrait-il que vous soyez nu vous aussi”. Elle me repousse alors et s’assoit sur mes genoux, face à moi. Elle enlève ma ceinture et déboutonne ma chemise…

Chaque bouton défait provoque une excitation supplémentaire, j’ai une envie folle de l’embrasser langoureusement, de lui faire l’amour comme jamais, elle est si belle…

Une fois la chemise défaite, elle vient déposer un baiser dans le creux de mon cou et s’amuse à frôler de ses lèvres le long de celui-ci. Je soupir légèrement et j’ai la chair de poule… Elle se retire de mes genoux et me fait me lever, s’agenouille face à moi et déboutonne mon pantalon… Je suis maintenant sur qu’elle a remarqué mon érection car elle regarde avec insistance et excitation cet endroit.. Elle passe ensuite délicatement sa main le long de ma cuisse et remonte jusqu’à l’intérieur de celle-ci et vient titiller mon sexe..

Puis, contre toute attente, applique une pression beaucoup plus forte sur mon sexe en me regardant avec un air provocateur. Ce dernier geste me fait gémir soudainement et fit décupler mon excitation. La voilà maintenant qui défait la fermeture de mon pantalon et la descend lentement

Elle m’excite, elle me provoque et j’aime ça…

Je passe une de mes mains dans ses cheveux et viens ensuite caresser sa joue. Elle, commence à descendre mon pantalon, toujours avec cette lenteur provocante… Une fois mon pantalon à mes pieds, elle se relève en cambrant son dos pour venir faire frotter ses seins contre mon sexe. Je la désire plus que tout… Elle est brûlante… La voilà face à moi, me regardant droit dans les yeux. Je passe une de mes mains sur ses fesses et la fait amener contre moi, nos sexes sont l’un contre l’autre et je ne peux m’empêcher de frotter mon bassin contre le sien… Elle apprécie ça, je le vois, elle mord sa lèvre et ferme les yeux…

Mais elle n’a pas dit son dernier mot et s’abaisse d’un seul coup pour se remettre à genoux, face à moi et commence à jouer avec l’élastique de mon boxer.. Elle passe timidement son doigt tout le long de mon bas ventre puis fini par faire descendre petit à petit ce boxer qui se fait de plus en plus gênant… Elle ne quitte pas cette bosse saillante des yeux… Elle continue de le descendre jusqu’à faire apparaître mon sexe, dur, excité, érectile et chaud…

Soudain, je crois voir apparaitre chez elle encore plus d’excitation..elle rougit et laisse échapper un long soupir ce qui a le don de faire durcir encore plus mon sexe.. Nous voilà, nus, tous les deux, dans ce compartiment, elle à genoux face à moi et moi plus excité que jamais…

D’une main délicate mais experte, elle saisit mon sexe. Le caresse doucement, en faisant courir ses doigts le long de ma verge. Elle sourit, semble prendre un plaisir fou à voir mon sexe réagir à chacun de ses mouvements de doigts. Soudain, elle ressert son pouce et son index sur mon gland. Cette petite pression me augmenter encore mon érection. Elle retient mon sexe contre mon ventre et approche doucement son visage. Je devine à peine ses tétons pointés qui disparaissent entre mes jambes. D’un petit coup de langue, elle titille mes testicules et remonte doucement le long de mon sexe. Il n’y a plus que sa langue et ses deux doigts qui me touchent, mais il me font l’effet de brulures si ardentes que mon plaisir est en décuplé…

Pendant que sa langue joue doucement avec mon gland, ses deux mains montent et descendent… puis elle ouvre plus grand la bouche et referme ses lèvres sur mon sexe. Sa langue joue toujours avec le bout de mon sexe. Elle comment à aller et venir de la tête sur mon sexe, cherchant à chaque fois d’aller un peu plus loin, d’enfoncer mon sexe dans sa bouche. L’effet de succion est indescriptible. J’ai l’impression que mon sexe grossi encore sous cette langue experte… Et pas une minute elle ne m’a quitté des yeux…

Je me couche alors sur la banquette et l’invite à venir sur moi, à m’offrir son sexe elle aussi. D’un regard elle comprend de suite et se positionne en 69 au dessus de mois. Ses mains et sa langue sont toujours à aller et venir le long de mon sexe. Elle m’offre une vue splendide sur sa vulve gonflée de plaisir. Je passe d’abord mes mains sur ses seins, je pinçote ses tétons et la fais gémir doucement… Je souffle légèrement sur son sexe qui semble être prêt à réagir à la moindre de mes caresses… Je quitte provisoirement ses seins pour caresser ses fesses, l’intérieur de ses cuisses. Je l’embrasse sur les fesses, les jambes. A aucun moment je n’ai touché son sexe pour l’instant. Je le devine cependant mouillé, impatient… Je glisse doucement un doigt qui semble la pénétrer sans aucun effort… Puis j’approche ma langue. Je lui lèche doucement les lèvres, puis glisse doucement jusqu’à son clitoris gonflé comme jamais… Ma langue joue doucement, tournoie, suce, appuie. Je bois littéralement cette inconnue qui m’offre son corps.

Elle prend tellement de plaisir qu’elle s’est arrêtée de me sucer. Sa main vient accompagner ma langue sur son sexe. Je me dégage alors doucement, l’assoie sur la banquette et me met à genoux devant elle. Mes doigts et ma langue deviennent alors des instruments fait pour son plaisir. Chacune de mes lichettes semble la rapprocher d’un orgasme imminent… et je l’entends jouir… ma langue a aucun instant ne s’est arrêtée…

Je me relève doucement elle place alors mon sexe entre ses seins…

Puis, de ses deux mains, compriment ses seins afin de coincer mon sexe qui durcit encore et encore et se met à faire des mouvements de va et vient avec sa poitrine voluptueuse… cet effet de compression sur mon sexe me met dans un état d’excitation infinie… ses seins qui me masturbent et m’offre une vue des plus splendides et dont je ne rate aucun de ses faits et gestes me rendent euphorique…
Je gémis de plus en plus profondément et visiblement ça l’excite car elle ajoute une pression supplémentaire et se met à aller de plus en plus vite sur mon sexe…
Elle a cette façon bien à elle de se mordre la lèvre de plaisir et ça a le don de m’exciter… Elle est belle, elle est sexy et elle n’a de cesse de m’envouter…

Voulant me faire languir et me tester jusqu’au bout, elle desserre ses seins de mon sexe et se relève en me frôlant d’une manière hyper sensuelle… Je passe ma main sur sa cuisse, remonte sur ses fesses que je comprime au passage, m’y attarde et fait jouer mon autre main sur son ventre et la remonte lentement sur ses seins, ses magnifiques seins durs, rebondis et excités.. Je joue avec ses tétons, les comprime, les fait glisser sur la paume de ma main… Mon autre main continue son expédition sur ses fesses et remonte dans le creux de ses reins avant de remonter le long de sa colonne vertébrale…

J’en profite également pour approcher mes lèvres des siennes, les frôle et subitement elle vient me mordiller la lèvre inférieure et la tire légèrement avant de passer le bout de sa langue dessus… Ses mains ne peuvent s’empêcher de maintenir mon sexe, elle s’amuse à le sentir gonfler sous sa main à chacun de ses gestes… elle le maintien fermement et se met à m’embrasser langoureusement faisait caresser sa langue contre la mienne…nos langues s’entremêlent à l’infini…

Elle se rapproche ensuite de moi, faisant frôler nos deux sexes l’un contre l’autre… je devine son sexe mouillé de plaisir qui se colle au mien, durcit, impatient… Sa poitrine est compressée contre mon torse, nous voilà enlacés, perdus dans nos caresses corporelles et nous embrassant avec fugue… J’ai envie d’elle, je la désire, je veux lui faire l’amour encore et encore…

Cette envie, je ne peux désormais plus la contrôler…

Je prends ses fesses dans mes mains, et, la soulève avec une facilité étonnante…elle, s’agrippe à moi, entourant ses jambes autour de ma taille et continuant de m’embrasser… Je me dirige ensuite vers la paroi de notre compartiment…la plaque avec fougue et lui cale les mains ensemble, désormais elle m’appartient, je la soumets à mon tour… Elle se laisse aller au jeu… Ses jambes de délassent et la voilà debout, face à moi. J’embrasse son cou, ses épaules, remonte, descend et avec mon autre main libre, caresse son sexe avec agilité…je ne connais pas cette femme pourtant je sais exactement où lui faire plaisir… Je caresse son clitoris, là elle gémit intensément ce qui me contraint à continuer de plus belle… Ses gémissements sont excitants à souhait…

Je ne résiste pas maintenant à la pénétrer avec mon doigt, son sexe est humide, chaud, c’est excitant… Je caresse ses parois douces, enivrantes…Le bout de mon doigt est en elle…et elle gémit encore et encore….et je continue de m’aventurer en elle…Mon doigt s’enfonce en elle avec tellement de facilité… Je fais des mouvements de va et vient avec mon doigt, d’abord doucement puis en ajoutant de la rapidité progressivement… Ses jambes tremblent, elle est dans sa bulle, gémit, j’observe ses seins durcir, ses têtons pointer et ne résiste pas à l’envie de les lécher et les prendre en bouche… Mon doigt est enduit de son liquide, ce subtil liquide, ce doux liquide…

J’interromps ma course, enlève lentement mon doigt et le dirige vers sa bouche… Elle attrape mon doigt et le suce doucement… Son regard mutin m’en dit long sur ses intentions. Je sens ses mains me caresser encore et toujours mon sexe, de haut en bas… Elle entrouvre la bouche, joue de mon doigt avec sa langue.. puis va s’assoir sur la tablette de notre compartiment. Elle se met au bord, écarte les jambes. et m’approche d’elle et prenant mon sexe…

Je l’embrasses dans le cou, les mordilles les seins et m’agenouille à nouveau pour lui lécher le clitoris… Elle presse ses mains contre ma tête pour que j’appuie contre son sexe trempée. Ma bouche et ma langue sont noyés de son liquide… Je l’embrasse à nouveau et nos langues échanger nos fluides corporels…

J’approche doucement mon sexe du sien, la caresse avec mon gland. Je la pénètre doucement, puis ressort de suite après avoir rentré le bout de mon sexe… Je renouvelle l’opération plusieurs fois, seul mon gland pour l’instant a eu la primeur de visiter son intimité… Je la sens prête à exploser… Alors d’un coup plus vif, je la pénètre entièrement, mon sexe la remplit en une fois, et elle ne peut s’empêcher de lâcher un râle de plaisir… Ces deux jambes sur les bras, je dispose d’une vue remarquable sur son corps parfait, sublime. Elle se caresse les seins, puis le ventre et le clitoris… Moi je vais et vient doucement puis plus rapidement. Je change de rythme, je fais tourner mon bassin entre ses jambes… Elle caresse son clitoris et mon sexe à chaque fois qu’il ressort de sa vulve…

Puis je me retire, et devinant mon envie, elle se met face au mur, cambrée, m’offrant ainsi une croupe fantastique. Mon sexe caresse à nouveau ses lèvres puis la pénètre… Mes mains la saisisse à la taille et l’accompagne dans un mouvement d’aller et venue. Elle se cambre au maximum, lève la tête. Je l’embrasse dans le cou. Elle saisi alors mes mains et les conduits sur ses seins, son clitoris… Mon sexe accélère doucement ses allées et venues.. Son jus se répand le longs de nos jambes.. Puis elle se met à trembler, elle ne gémit plus elle crie… Elle passe une main entre ses jambes et me caresse le sexe par dessous.. Elle jouit, encore, encore… puis se dégage et se retourne vers mon sexe… s’agenouille devant moi et vient lécher son propre nectar, elle prend pleinement mon sexe en bouche, le lèche le suce, le comprime de ses lèvres sans retenue…

Elle se relève ensuite, et me dirige vers la banquette où elle m’allonge et vient se mettre à califourchon sur mon bassin et sans attendre une minute de plus, vient s’empaler sur mon sexe…

Je l’agrippe aux hanches et suit ses mouvements de va et vient…elle bouge sur mon sexe, à sa guise, tourne son bassin sur mon sexe, se relève, s’abaisse, de plus en plus rapidement… je gémis de plus en plus fort, elle veut m’achever, elle sait comment s’y prendre…

Ses mains caresse mon torse, remonte le long de mon cou… Elle redescend ses mains jusqu’à mon bas ventre, puis vient caresser son sexe tout en continuant de me faire l’amour…elle se caresse le clitoris et j’ai une vue imprenable sur ses gestes…

Elle va me rendre fou…

Elle dirige ensuite son doigt vers ma bouche..je lèche son doigt, le suce, le mordille doucement… Ensuite, elle cambre son dos et incline son buste pour venir frotter le bout de ses seins sur mon torse… Cette position m’offre une pénétration encore plus profonde et son sexe compresse encore plus le mien…je caresse ses fesses, mes mains se dirige vers son sexe, tout est humide, elle est trempée… Je sens que je vais jouir..mais elle n’a pas dit son dernier mot….

Elle se relève, et ne me touche plus que par le contact de nos sexes l’un dans l’autre… Elle remontre, redescend, tout doucement… Je me sens partir… Puis elle se retire et me murmure à l’oreille : “je vous interdis de jouir tout de suite, j’en ai pas fini avec vous…”. Mon gland semble être prêt à éclater… Elle s’assoit en face de moi et commence à se caresser devant moi. Elle pénètre un doigt puis deux dans son sexe… Cette vue sur cette femme magnifique redouble encore mon excitation. Je me caresse doucement le sexe…en gardant à l’esprit son interdiction…

“Ca y est, vous êtes un peu calmé ? On va pouvoir remettre ça…” me dit-elle…

Elle s’allonge sur sa banquette et me demande de venir.. Elle relève une jambe qu’elle pose contre mon torse. Mon sexe s’approche à nouveau du sien et semble être irrésistiblement attiré. Je la pénètre de côté.. Mes mains sont agrippées à ses chevilles. Cet instant dominateur me plait énormément… Elle devient esclave de mes pulsions. Je lui interdit de gémir… Elle ne peut cependant réprimer son plaisir à chaque fois que mon sexe pénètre au plus profond d’elle… Je lâche une cheville pour aller caresser ses seins à nouveau, puis son clitoris… Maladroitement, mon doigt se retrouver emporter avec mon sexe entre ses lèvres… mais je m’aperçois qu’elle apprécie particulièrement ce nouveau venu… Mon doigt et mon sexe vont et viennent de concert… je sens ses tétons sur le point d’éclater. Je me retire pour lui lécher la poitrine, les seins… Je malaxe ses tétons, les tire, les pince… et de ma main gauche l’insère 2 doigts dans son entre-jambe pendant que j’offre à nouveau mon sexe à sa bouche…

“Cette fois, vous allez pouvoir jouir susurre-t-elle… je m’occupe de vous…

Elle approche ses lèvres sur le bout de mon sexe qu’elle humidifie avec le bout de ses lèvres, elle le fait tournoyer entre elles et s’amuse à compresser mon gland avec sa bouche… Elle rouvre sa bouche et glisse doucement ses lèvres plus loin sur mon gland et remonte toujours aussi lentement tout en compressant de temps à autre ses lèvres sur mon sexe ce qui a le don de faire gonfler mon sexe d’excitation… Pendant qu’elle s’adonne à ce plaisir buccal, elle en profite pour me caresser à la base du sexe, prend mes testicules en main et les malaxe… Je sens que je vais jouir, mais je me contiens… elle veut me pousser à bout et j’ai une envie irrésistible d’éjaculer dans sa bouche…

Mais pas maintenant, pas tout de suite…

Là voilà qui redescend sa bouche le long de ma verge, elle les fait glisser lentement et je sens sa langue intervenir maintenant… elle suce divinement bien… Elle va le plus loin possible avec sa bouche et se met maintenant à faire des mouvements de va et vient avec sa bouche, lentement d’abord puis de plus en plus rapidemment…

Je pince ses seins et continue de la pénétrer avec mes doigts et chacun de ses mouvements agit sur les miens… Je me mets à gémir de plus en plus, elle aussi gémit avec mon sexe en bouche et continue de me sucer de plus en plus vite, elle lèche mon sexe, joue avec dans sa bouche…elle l’aime, elle le goute, elle le mordille doucement.

Cette image d’elle en train de me sucer m’achève et…je n’en peux plus…je jouis dans sa bouche, elle a l’air d’apprécier ça et ne rate pas une goutte de mon excitation… Elle retire mon sexe de sa bouche et je termine mon éjaculation sur sa belle poitrine… Elle mordille ses lèvres…elle est trempée, le liquide de son excitation coule le long de ses jambes… Elle est divinement belle et terriblement sexy…

Je suis exténué, je viens de faire l’amour avec cette belle inconnue comme je ne l’avais jamais fait… J’aimerais la revoir mais pour l’instant nous n’y pensons pas, nous profitons de ce moment de pur bonheur, de pur plaisir… Je m’allonge sur la banquette, elle se colle contre moi et pose sa tête sur mon torse…

Le train continue sa route pour Rome, demain nous arriverons et nous nous quitterons comme si nous ne nous étions jamais connus…

SITE EXCLUSIVEMENT RESERVE AUX ADULTES

Selon la Loi française, la majorité est fixée à 18 ans accomplis – Article 488 al. 1 du Code civil
www.Youmebob.com
Ce site Internet est réservé à un public majeur et averti.
Il contient des textes, des photos et des vidéos pornographiques interdits aux mineurs, qui peuvent être choquants pour certaines sensibilités.
Il est vivement déconseillé aux personnes sensibles, fragiles et impressionnables d’accéder à ce site ; les mineurs ne doivent en aucun cas y accéder.
Je valide les données contenues dans les paragraphes ci-dessous après les avoir lues attentivement et manifeste ainsi mon accord plein et entier, en certifiant remplir toutes les conditions qui y sont contenues, en cochant les cases prévues à cet effet.

Je certifie sur l’honneur
- Etre majeur selon la Loi en vigueur dans mon pays et selon la Loi française,
- Que les Lois de mon état ou de mon pays m’autorisent à accéder à ce site et que bobtv.fr a le droit de me transmettre de telles données,
- Etre informé du caractère pornographique du serveur auquel j’accède,

Je déclare et reconnais expressément
- N’être choqué par aucun type de sexualité et par aucun texte, ni aucune image ou vidéo à caractère pornographique, et je m’interdis expressément de poursuivre les auteurs de bobtv.fr à raison des données diffusées sur ce site ou de leurs conséquences ;
- Consulter ce serveur à titre strictement personnel, et sans aucune implication, de quelque manière que ce soit, d’une société privée, d’un organisme public, ou de toute autre entité publique ou privée ;

Je m’engage sur l’honneur
- A ne jamais faire état de l’existence de ce serveur auprès de tiers et de mineurs,
- A ne jamais permettre à des mineurs d’accéder à ce serveur et à mettre en œuvre tous moyens de nature à permettre d’empêcher l’accès de tout mineur à ce serveur,
- A ne jamais diffuser tout ou partie du contenu édité sur ce serveur à des mineurs pour quelque raison que ce soit,
- A assumer ma responsabilité dans l’hypothèse où un mineur aurait eu accès à ce serveur à raison de ma négligence ou de mon imprudence (absence de protection de mon ordinateur, absence de logiciel de censure, divulgation ou perte du mot de passe de sécurité), sans recours contre bobtv.fr et ses auteurs et en garantissant d’ores et déjà bobtv.fr et ses auteurs à ce titre,
- A assumer sans réserves toutes les conséquences de toutes natures à raison de déclarations en tout ou partie inexactes, sans recours contre bobtv.fr et ses auteurs.

ICRA

Ce blog a été visité 693499 fois