juin 302011

J’ai lu sur le web qu’il y avait des rencontres au bois de Ferrières. Je décide donc d’aller y faire un tour un vendredi soir. J’arrive sur les lieux, mais je n’en sais pas plus. Je commence à explorer le coin en me disant que les infos du net ne sont pas les plus fiables. J’ai à peine entamé ma prospection que je vois une grosse voiture passer en trombe devant moi. Une seconde voiture semble lui filer le train. Je décide immédiatement de les suivre. On tourne comme ça pendant un quart d’heure avant que la berline ne s’engage dans une allée déserte. La seconde voiture s’arrête, un mec en sort et se dirige vers moi.

« Ils veulent qu’un seul mec ! », me lance-t-il. OK ! Devant ma bonne volonté, le type me dit : » Attends un peu et viens doucement. Peut-être que ça marchera. » Je patiente donc un peu. Sûrement moins que ce qu’il aurait souhaité. Je m’engage à mon tour dans l’allée tous feux éteints. Ils sont là tous les 3. Mon arrivée ne provoque pas de réactions. Je m’avance prudemment à leur hauteur pour ne pas casser l’ambiance.

Elle doit avoir 35, bien faite. Son mari a une dizaine d’année de plus. Je m’approche d’eux à pas de loup et je baisse mon ben. Elle me prend en bouche pendant que son mari fait des commentaires salaces et que mon comparse explore son bas-ventre. Elle nous suce tous les 2 à tour de rôle et avec application. Elle prend son temps. J’apprécie énormément le piquant de la situation. Quand mon comparse a eu joui sur sa poitrine, le vent tourne. Toujours aussi autoritaire, le mari nous intime : « Laissez-nous maintenant, messieurs ». Je retourne à ma voiture, mais contrairement à mon comparse, je reste sur place à observer le spectacle. Mais moi je n’ai pas joui ! Au bout d’un moment, excité par la vision du mec qui prend en levrette sa nana, je me rapproche à nouveau. Deuxième coup de cul de la soirée. le mari ne bronche pas… Il jouit bruyamment il est vrai. Il maintient sa femme en place par les hanches, m’interroge : « T’as une capote ? » Évidemment ! Il ordonne alors à sa femme : « Bouges pas toi ! Il va te finir ! » J’enfile le préservatif. D’une main je me tiens la bite, de l’autre je cherche l’entrée. je déteste ce moment, mais là je m’en sors bien. D’un coup de rein, je la prend. Je la sent frémir. Délicieuse sensation que j’essaie de faire durer. Je sens mon plaisir monter autant que je sent que je lui donne du plaisir. J’essaie de faire durer. Mais le mari s’impatiente : « bourre la bien, cette salope » Message reçus 5 sur 5. J’accélère le rythme. Cinq minutes plus tard tout est consommé. Je me dirige vers la voiture les jambes en coton en me promettant de revenir souvent au bois de Ferrières.

juin 282011

Ma visite au bois de Ferrières m’a laissé un goût amer. Je n’ai rencontré aucun couple. En revanche, je suis resté discuté avec un mec hallucinant. Cet espèce de crétin m’a raconté qu’il y a quelques temps il a vu un couple dans le bois. Madame s’occupait avec les mecs pendant que monsieur filmait. Quant il s’est approché, le mari lui a fait non de la tête. Frustré, le mec a menacé le mari et pris sa femme. Je me dis qu’avec de tel type, le couple ne reviendra plus d’une part. D’autre part, je crois n’avoir jamais vu autant de mépris pour les femmes. Le tout dissimulé sous le vocable de raciste. Je me suis dit que ce genre de mec était vraiment dangereux et que je n’avais rien à faire dans un environnement pareil. Je suis reparti.

juin 242011

Vendredi soir, rien de prévu…
J’irais bien faire un tour dans le bois de Ferrière vois si le loup y est

juin 232011

Finalement, je suis allé à l’hyppocampe. J’aime bien cet endroit, un peu cher, mais propre et sympa. Il y avait du monde pour un jeudi après-midi. J’ai commencé par faire un tour de l’établissement. Une gourmande, encouragée par son mari, testait tout ce qui bougeait. Elle était à genoux sur la banquette, pompant son mari, qui lui le avait intimé par un « suce femme ! » que j’ai trouvé marrant, touchant par ce qu’il révélait de complicité, mais vraiment pas autoritaire. J’ai commencé à caresser madame, elle se tortillait pour m’encourager. Dès que j’ai commencé à bander, je l’ai prise. J’ai joui très vite et je suis reparti la queue basse, désolé de n’avoir pas durer plus longtemps.

Après quelques instants de repos dans le jaccuzzi, j’ai retrouvé cette femme accroché à une croix avec une dizaine de mecs autour d’elle. Trop de monde ! En poursuivant mon tour, j’ai remarqué Martine. Blonde, la quarantaine, une poitrine opulente, des forme généreuse. Elle était allongée sur une banquette, un mec la chevauchait vigourreusement tandis qu’elle en branlait un autre. Dans son élan, le premier mec a donné un coup de boule au second. Tout le monde a éclaté de rire !

Je me suis assis sur la banquette. J’ai commencé à la caresser, à l’embrasser… Je sentais sa petite langue contre la mienne. Pendant ce temps, un mec se branlait devant elle pour pouvoir la prendre. Il a réussi à rentrer deux fois avant de renoncer. Un Asiatique l’a immédiatement remplacé, mais ça n’a pas durer trop longtemps. Je m’y suis mis à mon tour. Nous sommes resté un bon moment tous les 3. Celui qui s’était pris le coup de boule, le mari, a demandé une pause. J’ai cessé de brouter le minou de Martine.

Finalement, nous nous sommes retrouvé tous les 3 une heure plus tard dans le jacuzzi à discuter. Christophe a décidé de remettre ça, mais que tous les 3 cette fois. Plein de calins à nouveau. C’était encore meilleur ! Par la force des choses, j’ai également commencé à caresser Christophe : pendant que je la prenais, il était au-dessus de sa bouche. J’ai noté qu’il s’était rasé l’anus. Ce n’était sans doute pas pour rien ! Un doigt m’a confirmé que ce genre de stimulation n’était pas pour lui déplaire. J’ai donc continué quand il a chevauché Martine à son tour. Il a joui deux fois de suite.

Pendant nos ébats, un mec a tenté de se joindre à nous. Je l’avais remarqué car il s’était tapé dans le sauna puis dans le hammam un superbe brune, la trentaine. Elle était emmené par son mari qui sélectionnait et donnait le rythme de l’après-midi. Christophe n’a pas voulu le laisser se joindre à nous. Je me suis dit que c’était dommage car il m’avait l’air d’un chaud partisan du triolisme. Nous nous sommes retrouvé tous les 4 dans les vestiaires à discuter de tout et de rien. En nous regardant habillés, je me suis dit que la bourgeoisie savait s’amuser. Martine m’a laissé son numéro de téléphone et je suis rentré.

juin 212011

Une après-midi de libre, ça ne se refuse pas ! J’hésite encore sur ce que je vais en faire. Aller mater au bois de Vincennes, il paraît qu’on peut y mater des couples, mais pour l’instant, je n’y ai rien vu…

Me promener en Seine-et-Marne, toujours à l’affut d’un couple qui accepterait de me faire une petite place…

Plus sûr, le sauna libertin… mais c’est un peu triste : il fait tellement beau !

je vous raconterais

juin 212011

Quatuor

J’aime bien cet image. Elle est visiblement prise par des amateurs mais tout y est : le mari avec sa cravate qui regarde sa femme, le premier avec ses lunettes noires, le second tout occupé à son plaisir et surtout elle, blonde, offerte à travers la table, en train de pomper avec application.

juin 172011

N’en pouvant plus d’assister à ce spectacle, elle s’est approché de nous. Puis elle m’a embrassé à pleine bouche. Son mec continuait à me sucer. J’ai caressé Sarah et je lui ai rapidement enlevé son soutien-gorge. Je lui ai léché les seins en m’attardant sur les tétons. Ses gémissement m’ont fait comprendre qu’elle aimait ça. Je lui est enlevé le reste de ses vêtements. Elle était nue devant nous. En glissant ma main sur mon sexe, je constatais qu’elle était trempée. J’effleurais son clitoris pour aller glisser un doigt entre ses lèvres. J’enfonçais alors brutalement mon doigt au fond d’elle. Ce qui déclencha chez elle un petit cri. Puis je retirais mon doigt pour l’apporter à ma bouche, pour que je goûte. J’adorais ca. Paul arrêta de me sucer, il l’embrassa. Nous avions tous les deux le sexe dur. Il se plaça devant elle. Pendant que Je continuais de la doigter et de lui caresser le clitoris, elle suçait Paul. Il aimait ça à entendre ses râles de plaisir. Sa main le branlait pour accompagner son mouvement de va-et-vient de sa bouche. En même temps, je commençais à la lécher. Ma langue se baladait sur son clitoris et entre ses lèvres alternativement. Elle exprimait sa satisfaction par des petits cris. Mes doigts se baladaient sur ses fesses puis se dirigèrent vers son anus. J’y entrais un doigt. Une vague de plaisir, m’envahit encore. Plus je la pelotais, plus elle s’activait sur la pine de Paul. Ce dernier l’encourageait de la voix. Elle n’en a pas tenu compte très longtemps : elle a cessé de le sucer et m’a demandé de m’arrêter aussi. Elle s’est enlevé. Elle a allongé Paul devant moi, puis elle vint s’empaler sur lui. Il fit des va-et-vient léger. Elle était assise sur lui. Je m’approchait d’elle et je lui présentait ma bite tendue par le désir. Elle ne se fit pas prier pour la prendre en bouche. Je lui caressais les seins. Elle me suçait à pleine bouche. En même temps, elle se déhanchait sur le sexe de Paul. Je sentais le plaisir monté chez nous trois. Nos jouissances étaient presque imminentes. Paul ralentis et elle m’a demandé de venir me placer derrière elle. Sarah s’est allongé sur Paul, j’avais bien compris le message et elle nous voulait tous les deux. Ma bite rentra sans forcer. Elle avait deux gros sexes en elle. Je savais que je ne tiendrais pas longtemps. Nous avons commencé un va et vient quasi simultané. Je pouvais lire le plaisir sur le visage de Paul. Sarah criait de plus en plus fort. Je gémissais aussi. Elle a joui la première en criant très fort. Je sentis ensuite le sexe de Paul se gonfler et ses saccades de sperme s’écouler dans le vagin de Sarah. J’explosais en elle très rapidement après. Paul et moi sommes assis à coté d’elle et l’embrassèrent à tour de rôle. Quand j’ai senti les mains de Paul s’égarer dans mon dos, j’ai compris que la nuit ne faisait que commencer !

triolisme

juin 162011

Vous aimez lire des histoires ? J’aime en écrire ! Certaines sont fausses, pures fantasmes. D’autres sont vraies. Dans ce cas, les noms, prénoms et lieux ont été changé pour respecter l’anonymat des couples qui m’ont fait confiance. Car respect est un de mes mots d’ordre avec hygiène et plaisir… Si vous aimez ces histoires, n’hésitez pas à laisser des commentaires. J’accepte avec joie les contributions. Et évidemment, les rendez-vous pour un trio ! Je vit en Ile-de-France.

[email protected]

juin 162011

Paul est ingénieur, il a 36 ans. Il me serre la main. Sarah travaille dans l’informatique, ils sont en vacances à Paris. Ils veulent tout savoir de l’autochtone… Je m’installe à leur table, encore un peu interloqué… La conversation s’engage tout naturellement et les sujets de conversation défilent. La situation de la Grèce, le boulot, Obama, les impôts, Sarkozy… Et Stauss-Kahn… Complot, pas complot, addict au sexe… Le courant passe. Les effets de l’alcool se font sentir, je leur déclare tout de go : « Moi aussi, je suis addict du sexe ». Je commence à leur raconter mes diverses expériences, une catastrophe ! Y’a des fois je devrais fermer ma gueule. Mais rien, comme quoi la franchise, dès fois, ça paie… De leur côté, ils se mettent à se raconter aussi. Ils me m’affirment qu’ils sont un couple assez ouvert sexuellement et avide de nouvelles expériences… Ah !
Paul me regarde et sourit. Puis il pose sa main sur ma cuisse et commence à me caresser. Je suis gêné, ce n’est pas ce que j’attends. Il me regarde avec insistance. Finalement, je décide de le laisser faire, ce n’est pas ça qui va changer grand chose à ce que je suis !
La soirée suit son cours. Paul a toujours sa main sur ma cuisse, le problème, c’est qu’il s’aventure de plus en plus haut. Autre problème : je bande. J’ai la bosse qui apparaît au milieu du pantalon. A la fermeture du bar, Il nous propose d’aller boire un verre à leur hôtel. Ils ont réservé une suite dans le Ve arrondissement. Est-ce que je voulais les accompagner ? Oh oui… même si pour ça, je devais sucer Paul !
Dès notre arrivée, Paul commande du champagne qui nous fut apporté quelques minutes plus tard. Et ils se sont mis à l’aise. Sarah portait un superbe décolleté, et elle n’avait pas manqué de remarquer mes regards insistants vers ses seins. Paul et moi étions assis l’un à côté de l’autre, sirotant leur champagne. C’est alors qu’il a recommencé à me caresser. Il me caressait ouvertement le sexe. Et je bandais. Et je me posais mille questions… Je ne savais plus quoi faire. Paul et Sarah se sont complètement déshabillés. Ils étaient nus devant moi. Ma bite est devenue encore plus dure. J’étais presque incapable de bouger. Incapable de me détacher du spectacle qui s’offrait à moi. Je me suis foutu à poil également. Paul s’est jeté sur mon sexe. Il a commencé à le sucer tout doucement, je sentais sa langue se promener le long de mon sexe, puis sur mes testicules. Il a remonté puis enfoncé goulûment ma bite dans sa bouche et commença de longs va-et-vient. Je regardais Sarah, elle me regardait aussi. Sarah se caressait.

juin 152011

Qu’est ce que je m’emmerde. Au retour du boulot, la soirée n’annonçait rien de bon ! Rien à la téloche… pas à dire… je m’emmerdais ferme. Les 2 whyskies n’y avaient rien changé, je me faisais chier ! J’avais donc décidé de sortir. Direction la place de la mairie du xxe arrondissement, au moins, il y a du monde… Assis dans un bar branché, je pense que ceux qui connaissent reconnaîtront, je m’assieds en terrasse. Il fait bon, je sirote une bière et je regarde ce qu’il se passe. Mon attention est attirée par un couple à côté de moi. Ils discutent de choses et d’autres, mais ce qui retient mon attention, ce sont les dialogues sur leurs ébats sexuels assez chauds. Ils ne sont pas très discrets mes deux zouaves. Ça me fait un peu marrer, et je sens une chaleur au bas ventre que je reconnaîtrais entre toute… ça, c’est quand je repère un plan à trois. Ça me fait toujours un effet pas possible. J’ai beau me dire tout… et parfois n’importe quoi, rien n’y fait : j’ai envie. Lui est bel homme, elle est superbe. Blonde, la quarantaine, le téton aguicheur en dessous la robe, fine. À dire vrai, je n’ai pas un type de femme, elle aurait pu être brune et forte, elle m’aurait plus au temps… Après tout, ma première femme était très forte ! Je ne rêve pas, ils se sont aperçus de quelque chose… elle se tourne vers moi, et me montre la chaise et me dit : « Ben venez ! » Je suis super gêné, je dois être sûrement très rouge, oh putain que faire, je suis au pied du mur. J’accepte !

SITE EXCLUSIVEMENT RESERVE AUX ADULTES

Selon la Loi française, la majorité est fixée à 18 ans accomplis – Article 488 al. 1 du Code civil
www.Youmebob.com
Ce site Internet est réservé à un public majeur et averti.
Il contient des textes, des photos et des vidéos pornographiques interdits aux mineurs, qui peuvent être choquants pour certaines sensibilités.
Il est vivement déconseillé aux personnes sensibles, fragiles et impressionnables d’accéder à ce site ; les mineurs ne doivent en aucun cas y accéder.
Je valide les données contenues dans les paragraphes ci-dessous après les avoir lues attentivement et manifeste ainsi mon accord plein et entier, en certifiant remplir toutes les conditions qui y sont contenues, en cochant les cases prévues à cet effet.

Je certifie sur l’honneur
- Etre majeur selon la Loi en vigueur dans mon pays et selon la Loi française,
- Que les Lois de mon état ou de mon pays m’autorisent à accéder à ce site et que bobtv.fr a le droit de me transmettre de telles données,
- Etre informé du caractère pornographique du serveur auquel j’accède,

Je déclare et reconnais expressément
- N’être choqué par aucun type de sexualité et par aucun texte, ni aucune image ou vidéo à caractère pornographique, et je m’interdis expressément de poursuivre les auteurs de bobtv.fr à raison des données diffusées sur ce site ou de leurs conséquences ;
- Consulter ce serveur à titre strictement personnel, et sans aucune implication, de quelque manière que ce soit, d’une société privée, d’un organisme public, ou de toute autre entité publique ou privée ;

Je m’engage sur l’honneur
- A ne jamais faire état de l’existence de ce serveur auprès de tiers et de mineurs,
- A ne jamais permettre à des mineurs d’accéder à ce serveur et à mettre en œuvre tous moyens de nature à permettre d’empêcher l’accès de tout mineur à ce serveur,
- A ne jamais diffuser tout ou partie du contenu édité sur ce serveur à des mineurs pour quelque raison que ce soit,
- A assumer ma responsabilité dans l’hypothèse où un mineur aurait eu accès à ce serveur à raison de ma négligence ou de mon imprudence (absence de protection de mon ordinateur, absence de logiciel de censure, divulgation ou perte du mot de passe de sécurité), sans recours contre bobtv.fr et ses auteurs et en garantissant d’ores et déjà bobtv.fr et ses auteurs à ce titre,
- A assumer sans réserves toutes les conséquences de toutes natures à raison de déclarations en tout ou partie inexactes, sans recours contre bobtv.fr et ses auteurs.

ICRA

Ce blog a été visité 693496 fois