sept 112014

Je lui explique qu’à mon avis le dépanneur ne se déplacera pas avant demain. Il ne répond d’ailleurs pas au téléphone… il est trop tard. Je leur propose donc de passer la nuit chez moi. C’est le plus simple et le plus sûr. Ils sont confus, finissent par accepter et me remercient. Ils passent un autre coup de fil ; les enfants sont chez la grand-mère. Il faut la prévenir. Je leur montre la maison, une demeure de maître du 19e siècle. Pas immense, mais 11 pièces quand même sans compter la piscine que j’ai fait couvrir il y a quelques années pour en profiter l’hiver. Depuis je lui ai adjoint un jacuzzi, un sauna et un hammam. Pendant qu’ils se posent dans le canapé, un peu empruntés, j’allume le feu dans la cheminée de la salle, je prépare l’apéro et le dîner.Le verre de champagne les aide à se détendre… Vin aidant, le dîner est très sympa. Cédric est commercial, son épouse Sophie travaille dans une pharmacie. Nous sympathisons. Oui je vis seul depuis le décès de ma femme, il y a 2 ans. Accident de voiture… Ils rentraient de vacances, c’est pourquoi ils sont passés par la forêt. Nous plaisantons sur cette situation rocambolesque. Tout devrait rentrer dans l’ordre le lendemain. Dans mon for intérieur, je doute : pour moi, la situation va rester bloquer plusieurs jours. Mais je ne dis rien.

juil 022014

Il neige… Les flocons ont commencé à tomber il y a quelques heures déjà. Je me suis calfeutré, le frigo est plein, le congélo aussi… La météo a lancé une alerte orange. Et dans la forêt de Rambouillet, toute aussi proche de Paris que l’on puisse être, on est d’abord dans une forêt. À chaque fois qu’il y a des problèmes météo, on est les derniers à voir arriver les secours ! À 16 h, la neige est arrivée, encore plus drue que prévue. À 19 h, la route était coupée. La bonne nouvelle, c’est que je n’irais pas au boulot demain.
Je m’apprêtais donc à passer une soirée tranquille quand la sonnette a retenti. Dans la grande maison où j’habite seul, la chose surprend. Je jette un œil : un couple attend dehors. Par la clôture, l’homme m’explique que leur voiture est en bas de la côte, dans le fossé. Est-ce qu’ils peuvent entrer pour téléphoner. Je me marre : eh oui, le portable ne passe pas ici. Je les fais rentrer. Lui doit être un peu plus âgé que moi, disons 45 ans, elle est un peu plus jeune, 40 ans. Elle ne manque pas de charme, elle a du chien. Brune, cheveux mi-long, élégante, peut être quelques kilos en trop. Lui, les cheveux châtains clairs, svelte, porte plutôt beau. Un couple bien assorti.
sans-titre-1

mai 312014

La sieste s’impose, je m’allonge et Annie vient poser sa tête sur mon torse. Elle n’a que sa jupe sur elle. Elle a ouvert la braguette de mon short, ma bite est à moitié sortie, elle me branle doucement, je lui caresse les seins.

Nous savourons la chaleur, je sens que je ne vais pas tarder à lui faire l’amour… Mais c’est sans compter sur les imprévus !

Car, quand notre gus a pris son vélo tout à l’heure, c’était pour faire le tour et venir de notre côté. Je viens de le voir à 50 m, et sans cannes à pêche… Je ne dis rien à Annie

Tout doucement, mètre par mètre, il avance vers nous, et il s’enhardit car je ne fais aucun signe pour l’arrêter. Ma chérie somnole et ne peut le voir, mais lui peut tout voir. Il n’est plus qu’à 5 m, les yeux lui sortent de la tête. Il me regarde interrogatif. Je ne dis toujours rien, alors il se décide à sortir sa queue. Il bande, une prune violette qui suinte de plaisir. Il manipule doucement son cylindre d’une bonne taille

À quatre pattes, sans un bruit, il finit de s’approcher, pose une main sur la cheville de la belle endormie qui pousse un cri car elle comprend que ce n’est pas une des miennes…

- Ce n’est rien chérie, reste comme çà.

L’homme remonte centimètre par centimètre le long de la jambe, la bouche suit et embrasse chaque parcelle de peau. Annie se détend peu à peu, vaincue par la douceur, les jambes s’écartent, laissant libre accès au fruit convoité. Je la fais basculer sur le dos et lui tètes les seins pendant que le pécheur pose enfin sa bouche sur l’abricot gorgé se sève.

L’homme lui travaille la chatte et l’anus de sa langue et ses doigts, ma salope finit par lui envoyer une giclée de jouissance dans la bouche dans un cri qui prouve son plaisir.

Il me regarde à nouveau, interrogatif. Je fais mine de ne rien voir. Alors il commence à se désaper sans cesser de lécher le minou d’Annie.

Il s’allonge sur ma chérie, prend appuis sur ses avant-bras et, sans qu’il y mette les mains, je vois le gland disparaître lentement dans le ventre d’Annie, aspiré par sa chatte. Elle le ceinture de ses jambes pour l’attirer plus profondément en elle. Elle est belle quand elle baise ma salope, son bassin vient à la rencontre de celui de son amant de rencontre, le claquement des chairs devient infernal. Il a de la ressource notre brave pécheur ! Je me caresse en les regardant se faire du bien, elle crie tellement que les grenouilles se sont tues !

- Allonges-toi, elle va venir sur toi !

Car moi aussi je veux participer ! Je saisis la verge raidie du gars et la pointe vers le trou à bite de ma chérie qui se laisse descendre pour entrer en contact avec ses couilles. Je profite qu’ils soient encore immobiles pour venir lécher son petit trou palpitant. Je prélève de la mouille directement à la source pour m’enduire le gland et je prends appui sur la bite déjà introduite pour chercher une faille et m’enfoncer, moi aussi, dans ce cratère brûlant. L’homme est surpris par mon intrusion, il n’a jamais dû sentir une queue côtoyer la sienne dans une chatte ! J’avoue que j’adore sentir la raideur d’une autre bite sur la mienne. il finit par se synchroniser avec moi, et nous lui enfonçons alternativement nos queues dans la chatte pleine à craquer, aux cris qu’elle pousse, on pourrait croire que quelqu’un se noie !

Je ne perds pas de temps et en cadence je lui enfonce mon pouce dans son petit cul, elle ronronne de bonheur, une fois son anneau bien assoupli, je sors doucement du paradis où j’étais pour faire pression sur la corolle qui cède doucement. Plus personne ne bouge. Ma femelle attend, dans la crainte d’avoir mal, que je lui prenne son petit cul…

Un petit aie lorsque le gland est absorbé, j’attends qu’elle bouge. Lorsqu’elle l’aura décidé, nous la ramonerons en cadence.

2897

Tu l’encules ?, me demande l’autre.

Je ne réponds rien et me concentre sur la progression de ma verge jusqu’à ce que mes poils touchent ses fesses, voilà qui est fait, Annie se lance à l’assaut de nos bites

Sa tête repose sur l’épaule du pêcheur et les seins écrasés sur son torse poilu. Son bassin est offert à notre bon vouloir ce n’est plus qu’une machine à baiser. Je prend mon pied a voir le morceau de chair luisant de l’étranger entrer et sortir du corps de ma chérie comme un piston bien huilé, tandis que son petit anneau serre ma bite. C’est une situation que je ne pourrais supporter bien longtemps, et quand je sent sa bite se contracter et devenir plus dure, je sens que je ne vais pas tarder à lâcher la sauce. Sa bite fait maintenant des soubresauts qui me confirment qu’il éjacule. Les cris de jouissance d’Annie en sont une autre preuve. À mon tour, je me laisse aller et lui remplie son boyau étroit de mon foutre chaud.

Je me penche sur son dos et la couvre de tendres baisés, elle ronronne comme une chatte, apaisée. Chacun reprend son souffle, le silence est retombé, les grenouilles recommencent à coasser !

Je serre Annie contre moi, son dos sur mon torse, ses deux seins dans mes mains. Notre ami refait surface et nous dit : « c’était formidable, je n’avais jamais fait cela. Regardez, je n’arrive pas à débander ! comment puis je vous remercier ?

C est vrai que sa verge est encore collée à son ventre ! Annie, qui ne perd pas le nord, l’a bien vu : « – tu tiens vraiment à me remercier ? Alors lèche moi !

Et sur ce, elle se met a quatre pattes, la moule offerte. Sans perdre un instant, il est sur le dos, et glisse sa tête sous la chatte qui goutte de son propre sperme. il fait descendre sur le vagin éclaté sa bouche grande ouverte, il lape comme un chien le nectar qui s’échappe, les poils collés sont lavés eux aussi, son menton est luisant, çà lui coule dans le cou ! Qu’est-ce qu’il lui a mis tout à l’heure ! Il règne une chaude odeur de sperme que j’adore !

Dés qu’il n a plus rien à se mettre sous la langue, il s’extrait et rapidement et se positionne derrière le con offert. Je viens moi-même tenir son nœud pour l’aider à trouver son chemin. Très vite, les fesses de ma chérie claquent à nouveau sur ses cuisses. Glissée par-dessous, ma main caresse le clitoris d’Annie, s’attardant de temps en temps sur la bite du pécheur. À chaque fois qu’il sent mes doigts passés, sa verge gonfle encore un peu plus.

Annie jouie sans discontinuer, il me la ramone encore longtemps le salaud.

« Je vais lui décharger dans le cul ! », s’écrie-t-il d’un coup. Je n ai pas eu le temps de dire non qu’elle a le braquemart planté entre les reins ! Et, dans un beuglement à faire pâlir un taureau, il se vide en elle !

Ce qui m’inquiète, c’est qu’il faut revenir a la maison, et Annie a oublié dans son euphorie qu’on est a vélo ! Il a fallu que je confectionne un coussin pour qu’elle puisse s’assoir sur la selle… Elle m’a affirmé que la pêche c’était finit ! Mais… nous ne sommes pas revenus bredouilles : on a pris un beau maquereau !

mai 232014

attachment-1

mai 152014

attachment

avr 212014

J’ai commencé ce blog, il y a quelques années maintenant. Beaucoup de visites… plus de 200 000 visiteurs uniques, peu de commentaires, à peine une vingtaine… mais ce n’est sans doute pas, aujourd’hui spécialement, le plus marquant. Non ce à quoi je pense aujourd’hui, c’est que cela fait 10 ans que je me suis mis à pratiquer le libertinage. J’estime qu’à raison de 10 nouvelles partenaires chaque année, j’ai donc fait l’amour à une centaine de femmes en 10 ans. Je crois que c’est une moyenne basse. Je n’ai pas l’obsession du chiffre, ce n’est pas un tableau de chasse, juste un bilan, une réalité dont je ne tire pas forcément une gloire. Petite précision : je ne fréquente pas les prostituées : elles étaient toutes d’accord, volontaires, elles en avaient toutes envies. Le chiffre semble élever et il l’est sans doute : c’est dix fois plus de partenaires qu’un Français a dans sa vie en moyenne. Pour autant, je ne regrette rien. Elles m’ont toutes appris quelques choses. Même si souvent, je n’ai été qu’un numéro dans une série. Dans 65 % des cas, le mec d’avant vient d’éjaculer, je le remplace, je lime, j’expulse ma semence dans la capote, je me retire en tenant le latex serré autour de ma verge qui ramollit. Je suis à peine sorti qu’une autre bite, dure et érigée, me remplace. Je suis à peine sorti de la pièce que le mon successeur lâche la sauce à son tour. Je suis à peine sous la douche que le prochain est déjà en train de la limer à son tour. Avec les années, j’ai fini par être plus sélectif. Sur ces 100 partenaire, 35 ont été de vraies histoires, des femmes que j’ai aimé à côté de leur mari, avec leur mari parfois, en dépit de leur mari parfois. Des femmes qui connaissent mon prénom et que je peux nommer : Véronique, Gaëlle, Brita, Ange, Fabienne… Pour tout cela, je voudrais remercier les couples qui m’ont fait confiance, le destin de m’avoir permis de vivre tout cela. J’en veux encore, et encore plus et encore plus fort, mais je ne prendrais plus une femme qui ne connaît pas mon prénom et je ne prendrais plus une femme dont je ne connais pas le prénom, et je ne prendrai plus une femme dont le mari ne m’aura pas serrer la main. Je crois que j’ai eu la quantité, je vais miser sur la quantité désormais.

avr 182014

Ce dimanche-là j’ai réussi à convaincre Annie d’aller nous mettre au frais en pleine nature, et d’éviter, pour une fois, la plage bondée, la circulation et surtout les retours de la côte. Aussi, je me suis fait prêter des cannes à pêche. Nous avons préparé un pique-nique (apéro compris). Un sac à dos, les vélos… et nous sommes partis avant que le soleil ne soit trop haut, en direction des marais. On a dégoté l’endroit idéal. Un canal d’une dizaine de mètres de large. Il doit faire 15 km de long, mais nous n’en avons fait que trois !

La seule difficulté du départ, c’est la nationale. La circulation y est assez dense, et je sais qu’Annie déteste les voitures qui la rasent, mais nous n’avons que 2 km à faire sur ce tronçon. Je la laisse rouler devant moi, et je ne le regrette pas !

Elle est vêtue d’un corsage à fleurs et d’une jupette blanche imprimée de grandes fleurs également, et je sais qu’aujourd’hui elle a mis une petite culotte blanche ! Pourquoi ? Eh bien, tout simplement parce qu’elle est assise à même la selle, et que le déplacement d’air provoqué par le passage des voitures fait voler la jupe et découvre ses petites fesses bien moulées par un slip en dentelle ! Des dessous qui fait aussi le bonheur des automobilistes qui klaxonnent de temps en temps ! Je n’ose penser ce que ceux qui arrivent en face, peuvent voir ! Ce genre de tenue devrait être sanctionné au même titre que l’alcool au volant ! Certains chauffeurs tournent même la tête à s’en dévisser le cou. Je suis sûr qu’elle est inconsciente de l’effet produit, sinon, c’est un simple string qu’elle aurait mis et encore !

Une fois dans le marais, nous sommes au calme, je choisis le coté du canal qu’une voiture ne peut emprunter pour encore plus de tranquillité, il y a quelques nids de poules, mais ce n’est rien, bientôt nous sommes au terminus. Les ronces obstruent tout le chemin ; il y a quelques arbres, nous serons a l’ombre cet après midi ! On peut voir arriver une voiture à des kilomètres à la ronde.

Je prépare les gaules pendant que ma chérie étale un plaid et prend un bouquin

- J’ai chaud !, me dit-elle

- Ne te gêne pas, met toi les seins à l’air, ici il n’y a absolument personne !

Ce qui fut fait, le temps de le dire, la voilà les seins à l’air, assise en tailleur, la jupe au ras la touffe ! Moi, je retire mon tee-shirt mais reste en short sinon je me retrouve à poil !

Une fois les lignes à l’eau il ne reste plus qu’à attendre le bon vouloir des poissons ! Mais que faire en attendant ? Rien sinon taquiner ma belle ! Je me suis allongé à ses pieds ou plutôt à ses cuisses, et je détaille la bosse formée par sa chatte. Sous le fin tissu, les deux lèvres sont bien dessinées et quelques poils passent à travers la dentelle, je tends la main pour les tirer

- aie ! dit que sa t’embête que je lise !

- Euh, oui, un peu

- bon j ai compris !

Elle pose son bouquin, et là un bruit nous fait tourner la tête, un cycliste, armé de cannes a pêches vient de passer, de l’autre coté du canal. Il a failli tomber lorsqu’ il a vu la dame aux seins nus ! Merde, il vient de s’arrêter 30 m plus loin ! Son vélo est à terre, et il cherche un emplacement pour ses lignes.

Je ne peux rien dire c’est son droit. Il en donc posé une tout près de nous, mais il cherche un autre endroit pour les autres. Il en place une presque en face de nous et l’autre un peu après ! Nous sommes encadrés !

- Bonjour ! Il fait chaud, hein ?

Annie a eu le temps de mettre son corsage sans toutefois le fermer, ses seins sont donc visibles si on observe bien ! Tout comme on peut voir la petite culotte car elle est toujours assise en tailleur

- Vous avez pris quelque chose ?

- Non, mais ça ne va sûrement pas tarder !

Je n’entretiens pas la conversation afin qu’il comprenne qu’il faut nous foutre la paix

Je me relève et marche un peu au bord de l’eau, tout en observant son comportement. L’homme d’une cinquantaine d’années porte Marcel et bermuda. Il va d’une ligne à l’autre cherchant le meilleur angle de vue sur l’entrejambe et les seins de ma chérie.

Je reviens vers Annie qui me dit :

- J’ai envie de faire pipi !

- Ben met-toi derrière l’arbre. Avec les herbes et les vélos, il ne verra rien qu’il n’ait déjà vu !

- Oh ! Et puis après tout, si ça ne lui plait pas il partira !

Elle prend un mouchoir en papier et va derrière l’arbre. J’entends le gazouillis de la ‘fontaine’ !

Son petit besoin fini elle me rejoint sur le plaid et me jette au visage une boule blanche !

- Elle me donne trop chaud !

- et voilà plus de petite culotte !

Mais pour autant sa position favorite reste le tailleur ! Si je reste immobile, je vais me mettre à bander, je vais donc refaire un tour !

Le pauvre malheureux ou mâle heureux, je crois que c’est le deuxième qui convient le mieux car il est maintenant à genoux à mi-distance entre ses deux cannes c’est-à-dire a une dizaine de mètres, face aux cuisses de ma femme. Il frotte sa braguette d’une main énergique. Mais, il se branle ma parole ! Je suis sûr que, mine de rien, ma salope l’observe. Cela doit la faire mouiller que le mec la mate, la cochonne ! Un sein est complètement sorti du corsage et les lèvres de la chatte doivent bailler

Je le soupçonne d’avoir éjaculé car il s’est raidi, et, juste après, se relève. Il passe devant moi sans un regard. Il a effectivement ejaculé au vu de la belle auréole qui orne son bermuda.

- Tu a vu ce que tu as fait à ce brave homme ?

- Oui ! Il s est branlé et maintenant il va nous foutre la paix !

Je passe ma main sur sa chatte.

- Mais tu mouilles ma salope ! Regarde mes doigts !

- Mais tu bandes mon salaud ! Regarde toi !

Finalement, nous avons pris l’apéro et mangé tranquillement, l’individu vient de remonter sur son vélo !

avr 102014

Nous sommes vendredi soir, 21 h, et je parcours mes courriels en buvant un café. Dehors il fait un peu froid et la sortie prévue a été annulée. Je m’ennuie, seul devant mon ordinateur. Je reçois alors un avis de Facebook. Une demande d’ami. La personne qui m’envoie cette invitation avait disparue de ma vie depuis près de 15 ans. Je m’empresse donc de l’ajouter et de lui donner mon numéro de téléphone afin que nous puissions parler et se retrouver. C’est alors qu’après quelques minutes de conversation, il me demande si je veux venir chez lui prendre un verre. J’accepte avec grand plaisir. Arrivé chez lui, j’entre et il me présente alors sa femme qui semble heureuse de me voir et qui, je dois l’avouer, est vraiment très jolie et sexy. Il s’empresse de m’offrir une petite coupe de vin que j’accepte. Deux bouteilles plus tard, sa femme arrive près de lui et lui chuchote quelque chose à l’oreille. Il fait un sourire et me regarde en me disant, toi tu va avoir du fun ce soir. Je ne comprends pas trop et nous nous servons une autre coupe de vin Sa femme ne le lâche pas et ils s’embrassent et c’est de plus en plus sensuel et moi, je suis la, sans rien dire. Je n’ose pas trop les regarder non plus, un peu par gêne. Sa femme s’approche de moi pour me servir, elle s’assoie sur le bord du canapé et, en posant la bouteille sur la table, me tombe dessus. Je crois que c’est accident, mais elle m’empoigne la queue et me regarde droit dans les yeux. Je peux maintenant voir ses seins de son décolleté et ils sont vraiment magnifiques. Pendant qu’elle sort ma queue et commence à la prendre doucement, mon ami s’approche d’elle et soulève sa jupe et commence à lui caresser le cul doucement. Elle adore ça et c’est moi qui en profite parce qu’elle suce ma queue avec passion chaque fois qu’elle ressent quelques choses. Elle me suce jusqu’à ce que je jouisse et ne laisse pas une goutte s’échapper. Elle me prend alors par la main et nous nous dirigeons vers la chambre à couché. Une fois étendue, elle commence à sucer son mari, mon ami de longue date qui lui caresse les seins et semble lui aussi apprécier son talent à manier la langue sur un gland. Je ne peux m’empêcher de lui manger la chatte et d’y insérer les doigts pour bien la faire jouir à mon tour. Elle adore et se tord de tous les coté et continue de sucer bien au fond mon ami. Elle lui dit alors, je veux baiser ton pote et il lui dit que c’est ok et moi je n’en reviens pas encore de ce qui arrive. Tout va si vite et tout est si bon. Elle s’approche donc de moi, me fais rentrer en elle son sexe et commence à bouger le basin avec vigueur. Elle en profite et elle adore ça et plus elle jouit, plus elle y prend plaisir et plus je suis dur. J’adore sentir ses seins dans mon visage pendant que ses ongles me transperce la peau du dos. Elle s’arrête subitement et mon ami s’approche d’elle et se positionne devant son beau petit cul. Et nous commençons tout les deux a la baisé en double pénétration. C’est aussi une première pour moi et j’adore ça. Je sens ses couilles battre contre les miennes… Entendre une femme jouir de cette façon est très excitant et après un instant, elle s’arrête et s’installe devant nous deux et commence à nous sucer tout les deux et nous masturber vigoureusement. Elle nous veut tous les deux en même temps dans sa bouche. Jamais ma queue n’avait touché un autre pénis avant aujourd’hui mais dans la bouche d’une femme, c’était exquis. Finalement, mon ami et moi sommes venus tous les deux et elle a tout pris. Couchant son mari sur le lit, et continuant de le sucer, je suis encore très dur et très excité et je décide de lui mettre ma queue dans son joli petit cul aussi. Je n’avais jamais sodomisé une femme avant. Je vais donc doucement mais elle adore ça et d’un mouvement de basin, c’est elle qui fait en sorte que je rentre complètement en elle et elle se met alors à sucer son mec avec vigueur et jouir tellement fort que je n’ai pas pu m’empêcher de lui envoyer tout mon jus dans le cul. Nous avons continué ce petit jeux pendant des heures en échangant de place de temps en temps. Pour un gars timide comme moi, je peux dire que cette fois, la timidité a pris le bord et j’ai eu une baise d’enfer. Sa femme était complètement crevée sur le lit quand je les ai quittés, vidé dans tous les sens du terme. Mon vieux pote m’a raccompagné à la porte en me promettant qu’on ce reverra bientôt.

mar 262014

mar 212014

SITE EXCLUSIVEMENT RESERVE AUX ADULTES

Selon la Loi française, la majorité est fixée à 18 ans accomplis – Article 488 al. 1 du Code civil
www.Youmebob.com
Ce site Internet est réservé à un public majeur et averti.
Il contient des textes, des photos et des vidéos pornographiques interdits aux mineurs, qui peuvent être choquants pour certaines sensibilités.
Il est vivement déconseillé aux personnes sensibles, fragiles et impressionnables d’accéder à ce site ; les mineurs ne doivent en aucun cas y accéder.
Je valide les données contenues dans les paragraphes ci-dessous après les avoir lues attentivement et manifeste ainsi mon accord plein et entier, en certifiant remplir toutes les conditions qui y sont contenues, en cochant les cases prévues à cet effet.

Je certifie sur l’honneur
- Etre majeur selon la Loi en vigueur dans mon pays et selon la Loi française,
- Que les Lois de mon état ou de mon pays m’autorisent à accéder à ce site et que bobtv.fr a le droit de me transmettre de telles données,
- Etre informé du caractère pornographique du serveur auquel j’accède,

Je déclare et reconnais expressément
- N’être choqué par aucun type de sexualité et par aucun texte, ni aucune image ou vidéo à caractère pornographique, et je m’interdis expressément de poursuivre les auteurs de bobtv.fr à raison des données diffusées sur ce site ou de leurs conséquences ;
- Consulter ce serveur à titre strictement personnel, et sans aucune implication, de quelque manière que ce soit, d’une société privée, d’un organisme public, ou de toute autre entité publique ou privée ;

Je m’engage sur l’honneur
- A ne jamais faire état de l’existence de ce serveur auprès de tiers et de mineurs,
- A ne jamais permettre à des mineurs d’accéder à ce serveur et à mettre en œuvre tous moyens de nature à permettre d’empêcher l’accès de tout mineur à ce serveur,
- A ne jamais diffuser tout ou partie du contenu édité sur ce serveur à des mineurs pour quelque raison que ce soit,
- A assumer ma responsabilité dans l’hypothèse où un mineur aurait eu accès à ce serveur à raison de ma négligence ou de mon imprudence (absence de protection de mon ordinateur, absence de logiciel de censure, divulgation ou perte du mot de passe de sécurité), sans recours contre bobtv.fr et ses auteurs et en garantissant d’ores et déjà bobtv.fr et ses auteurs à ce titre,
- A assumer sans réserves toutes les conséquences de toutes natures à raison de déclarations en tout ou partie inexactes, sans recours contre bobtv.fr et ses auteurs.

ICRA

Ce blog a été visité 693495 fois